Elvis polyptyque

Elvis (Polyptyque)

De Emmanuel Darley // Cie Un pas devant l'autre
Les 3 & 4 mars 2016 – 20h30

Théâtre musical 
 
Fin janvier, Emmanuel Darley a décidé de nous quitter.
Elvis (Polyptyque) est son dernier projet dont il partagea la mise en scène avec Gilone Brun.
Toute l’équipe du spectacle a décidé d’honorer ces deux dernières représentations pour Emmanuel, pour que les mots de ce grand auteur de théâtre ne quittent pas le plateau.
Nous leur en savons gré et espérons que vous serez nombreux à venir les entendre.

 

Quelque part dans le sud des États-Unis, un jeune garçon répondant au nom d’Elvis Aaron Presley se rêve camionneur. Sa mère lui offre un peigne pour coiffer ses cheveux. Son père lui offre une guitare. Sa bonne fée vient lui dire que plus tard, en fait, c’est plutôt King du rock, qu’il fera comme métier. Alors il se met à chanter. Il chante des chansons noires qu’il a entendu par là-bas, du côté du Mississippi. Il se met à chanter et de suite tout le monde l’aime. Les filles surtout. Il y a aussi un colonel qui se propose pour devenir manager. Pour s’occuper de sa carrière. Ça va un peu vite. La montée vers la gloire. C’est un jeune homme avec des chaussures de suède bleues, son nom c’est Elvis Aaron Presley, et à ses côtés, il y a toujours son jumeau mort, Jessie Garon. 

Écrire sur une idole. Un personnage ainsi adulé, adoration presque religieuse, démesurée, invraisemblable. Elvis Presley. Trouver la manière de raconter cette vie-là, ce qui brille de mille feux et puis le sombre, ce qui se joue derrière. Naissance/mort du frère, enfance, découverte de la musique, gloire fulgurante. Focale sur l’intime. Le point de départ de ce projet, c’est une envie, un questionnement autour de la peinture de la Renaissance, des retables en particulier.
Chercher une équivalence de ces polyptyques dans l’écriture théâtrale.
Faire le portrait en creux d’un disparu. Emmanuel Darley 

 

Texte
Emmanuel Darley
Mise en scène
Gilone Brun & Emmanuel Darley
Avec
Emeline Bayart, Heidi Becker-Babel, Vincent Leenhardt, Dominique Parent, Yan Tassin 
et Manu Deligne (musicien)

Scénographie et costumes
Gilone Brun 
Lumières
José Victorien
Espace sonore
Manu Deligne
Création vidéo
Muriel Habrard